melancholia

Please, put me to bed and turn down the light.

Dimanche 22 décembre 2019 à 22:52


Je sais plus si je suis contente d'exister.


J'ai plus cette peur que j'avais à un moment, de disparaitre, de fondre dans un néant.

De ne plus être, de ne rien être. 

Du vide, de la poussière.


Non, j'ai plus peur.


Les secousses du corps qui cherche à exploser.

ça tire dans l'estomac, dans les abdominaux.

Les yeux qui coulent et le nez aussi.

La grimace douloureuse, l'envie de vomir.


De jeter le corps.

De jeter la vie.


Les cheveux trempés de larmes.


29 ans.

29 ans, putain.


11 ans de thérapie

11 ans de médocs qui bousillent le cerveau


16 ans d'explosions

16 ans de "ça va passer"

16 ans que je m'accroche, que je lâche pas, que je lutte


Croire qu'il y a quelque chose qui va venir

Que ça va s'arrêter

Que ça va aller


La crise d'adolescence.

Putain, qu'est-ce que je t'en foutrais de la crise d'adolescence

Merde, pourquoi

Pourquoi tout tombe sur moi

Pourquoi, merde

Comment on est heureux ? Dites-moi, s'il vous plaît. J'ai jamais sû comment faire.


Je vous en prie, je fais pas semblant.

J'ai essayé, je vous jure.

J'ai arrêté de vous appeler, de pleurer dans vos bras, de m'écrouler sous vos yeux.

J'ai ris, j'ai souris, j'ai dis que tout allait bien.

J'ai essayé, je vous jure.


Mais j'y arrive pas.

Je suis désolée, j'y arrive pas.


Je pense au néant, à la poussière.

Je pense à vous.

Je prépare, je maquille.


S'enfermer dans la chambre conjugale

" Y a quelque chose qui va pas ?"

"Non, je suis juste un peu fatiguée, tout va bien, ne t'inquiète pas."


Ces mots répétés en boucle.

Jusqu'à ce que j'arrive à croire que c'était vrai.


J'oscille entre la culpabilité et l'envie de paix.

J'oscille de moins en moins.

Je peux plus.


Continuer, mais pour quoi ?

Le boulot, rentrer, "bonjour mon amour", manger, faire le ménage

Voir les amis de temps en temps, parce qu'ils n'ont plus le temps, moi non plus

S'engueuler avec la famille, se sentir moins que rien.


Ne pas sortir parce que j'ai pas envie

Ne pas sortir parce que je suis fatiguée

Ne pas sortir parce que je n'ai personne à voir, ni rien à raconter.


Ne pas vouloir d'enfants parce qu'incapable de m'occuper de qui que ce soit

Même pas de moi

Ne pas vouloir voyager parce que j'ai peur de l'instabilité


Lui faire du mal sans le vouloir

Provoquer des engueulades, des coups dans les murs, finir en pleurs

Être morte à l'intérieur

Vouloir partir, mais où ?

Tout laisser, mourir.
 

"Arrête de faire ta petite bourgeoise qu'à pas de vrais problèmes

Pauvre petite conne malheureuse qu'à tout eu pour elle

Que sa mère considère comme la 8eme merveille du monde

Mais t'es loin de l'être

T'es une sale égoïste de merde."


La gorge qui se sert

Vouloir vomir

Vouloir se cogner contre les murs

Avoir mal

Vouloir avoir mal autre part qu'à l'intérieur

Exploser

Hurler


Encore et encore.


J'ai plus le droit d'exploser

Je suis une adulte

Une putain d'adulte


Alors je planifie

Les vacances

Les week-ends

Tout ravaler le reste du temps

Parce qu'il faut tenir

Continuer.


Je veux plus.




Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire

Note : melancholia n'accepte que les commentaires des personnes possédant un compte sur Cowblog : vous devez obligatoirement être identifié pour poster un commentaire.









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://melancholia.cowblog.fr/trackback/3279884

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | Page suivante >>

Créer un podcast